Road to New-York

Voilà deux ans que je n’ai pas couru de marathon, un an que j’ai mis la course à pied entre parenthèses pour pouvoir réaliser mon projet professionnel (comme je vous l’explique ici).
Après le marathon de Paris couru à 2 reprises, en 2012 et 2015 – même si ce marathon reste assez incroyable et surtout dans la ville où je réside depuis 10 ans – j’avais envie de changer d’air. Il était donc temps de se fixer un nouvel objectif sportif : courir un marathon à l’étranger !
C’est ainsi que le 5 novembre prochain, je prendrai le départ de mon 3ème marathon, et pas n’importer lequel : celui de New-York !
Pourquoi ce choix, comment obtenir son dossard…
Je vous en dit plus dans cet article !

Pourquoi le marathon de New-York ?!
Ahhhhh New-York ! Ses avenues de 10 kilomètres de long, ses roof-top, ses burgers, Central Park, ses buildings plus incroyables les uns que les autres, mais aussi son marathon, rassemblant le plus de participants au monde.
En mars 2016, j’assistais à une des avant-premières du film « Free to Run », que j’ai beaucoup aimé. En sortant du cinéma, j’étais à me remémorer mes runs dans Central Park, rêvant du jour où moi aussi je prendrais le départ de cette course.
Et puis les mois sont passés, l’idée est restée dans le coin de ma tête. Je me suis mariée, je suis entrée en formation pour devenir coach sportif et la course à pied a été relayée au second plan.
La date fatidique de mes 30 ans approchant, je réfléchissai comment marquer le coup ! Puis je me suis rappelée le film, j’ai suivi le parcours de certain(e)s français(es) préparant le marathon et je me suis dit, « à mon tour » !
Bien décidée à courir THE marathon, l’année de mes 30 ans. Cela tombait bien, j’avais du temps devant moi pour tout mettre en place, me renseigner, planifier, étant donné qu’il tombe en novembre ma formation serait finie…
Niveau timing c’était parfait !!

Premier run en 2013 dans Central Park!

Comment fait-on pour avoir un dossard ?
Mais une fois l’excitation passée, il fallait se rendre compte de l’évidence… Comment obtenir mon dossard ?
Trois solutions s’offrent à nous :
– faire un temps qualificatif sur un marathon l’année précédente : pour ma catégorie chez les femmes c’est 3h13. Donc en gros, j’ai vite oublié cette solution.
– participer à une loterie. Il faut s’inscrire et espérer être tiré au sort. Aucune envie de laisser le hasard décider de ma participation surtout pas l’année de mes 30 ans.
– troisième et dernière solution : les agences de voyage. L’avantage : le dossard est garanti. L’inconvénient : le prix… mais c’est la seule manière d’être certain d’y participer.

J’ai donc opté pour cette solution. Après m’être renseignée auprès de coureurs qui avaient opté pour cette option, j’ai pris le temps de comparer les agences, de lire ce qu’elles proposaient, et j’ai finalement choisi France Marathon.
J’ai fait les démarches pour me pré-inscrire en fin d’année. Je me languissais d’avoir la confirmation, car je ne sais pour quelle(s) raison(s) j’avais peur que ça ne fonctionne pas. Et fin janvier 2017, tout est confirmé. Le rêve prend forme.

Le pont de Staten Island, départ du marathon de New-York!

J’ai laissé passer ma formation mais plus j’avançais dans le temps, plus je réalisais ce qui allait se passer en novembre prochain. Surtout lorsqu’avec la team ASICSFrontRunner, nous avons passé la matinée sur le marathon de Paris en avril dernier. J’étais très excitée à l’idée de recourir un marathon.
Il ne me restait plus qu’à le préparer.

Ma prépa marathon en 14 semaines
Mon année de formation ayant touché à sa fin, avec le diplôme en poche (hé hé), il était temps de commencer à planifier mes entraînements. Comme je suis une fille plutôt carrée et qui aime prendre son temps, j’ai rempilé pour une prépa sur 14 semaines, ça me laissait bien le temps de me remettre en forme et d’attaquer la planif sereinement.

Juillet 2017, la prépa peut commencer!!

Mais ça c’était avant. Un léger (et stupide) accident de parcours en a décidé autrement.
Lors d’une séance avec ASICS, avec Olivier Maurelli en « guest », je suis maladroitement tombée sur le dos dans des escaliers glissants (en marchant, c’est ça le pire)!! Plus de peur que de mal, les douleurs s’estompent doucement durant la séance, on va dire que ça va…
J’attends 2 jours avant de recourir, la prépa ne débutant officiellement que le lundi suivant.
Dans le sud pour une semaine de vacances, j’en profite pour m’entraîner sérieusement. Mais quelques jours plus tard, après une bonne semaine à enchaîner natation et course, j’écourte ma séance. Les douleurs se font de plus en plus insistantes dans le dos, les côtes, avec du mal à respirer. J’arrive à prendre un RDV in-extrémiste avec un ostéopathe, juste avant de remonter sur Paris.

Il me gronde gentiment, m’expliquant que j’aurais dû consulter dès le lendemain de la chute, me remet « en place » tout un tas de vertèbres ainsi que 2 côtes et me suggère d’arrêter de courir tant que les douleurs ne sont pas passées.
J’entame la 2ème semaine de ma prépa, sans pouvoir courir. Et à nouveau quelques douleurs au niveau de l’omoplate droite.
Retour dans le sud, 2nd RDV. Ça commence à aller beaucoup mieux, mais avec encore des douleurs, à gauche cette fois. La semaine passe, je nage et vélote mais je ne reprends pas la course à pied.
Au final, j’ai pris mon mal en patience et attendu 18 jours avant de reprendre la course, heureusement sans grosse douleur. J’ai donc repris mon entraînement progressivement durant la 4ème semaine, et sérieusement à la 5ème semaine (soit la semaine dernière) !!

À 8 semaines de l’objectif
J’ai donc officiellement entamé la 6ème semaine mais officieusement la 2ème.
Ma prépa s’est naturellement réduite à 10 semaines. Un peu stressée à l’idée de l’écourter de 4 semaines, je relativise en me disant que je ne suis pas débutante en course à pied, et que surtout beaucoup préparent un marathon en 10 voire 8 semaines.
En effet, un coureur expérimenté (courant plusieurs fois par semaine tout au long de l’année) peut s’engager sur 8 semaines d’entraînement.
La plupart du temps on conseille entre 10 et 12 semaines. Plus, si la personne est débutante dans la discipline.
Je n’ai surtout pas essayé de rattraper les entraînements manqués. Attention à ne pas faire cette erreur. J’ai simplement réajusté quelques séances, tout en conservant la base de la prépa.
Aujourd’hui j’avance sereinement. Les séances jusqu’ici se passent bien, les temps sont respectés. Je fais attention également à respecter des temps de repos. Il est primordial d’écouter son corps, de ne pas vouloir en faire trop/plus, au risque de tomber dans le surentraînement et donc de se blesser.

Je crois avoir trouvé le rythme qui me convient. Maintenant il va falloir également le concilier avec mon début d’activité en tant que coach sportif.

J’ai hâte de vivre cette « nouvelle » expérience marathon, d’arriver au bout de ces 42,195 km, dans Central Park! Je m’imagine déjà là bas… TELLEMENT HÂTE!

New-York, ses buildings.. et Central Park, arrivée du marathon le plus populaire au monde!

Qui court New-York aussi cette année? Comment se passe la prépa?
N’hésitez pas à me laisser un commentaire, pour se soutenir tous ensemble!! Et comme on dit, il n’y a plus qu’à…

Bon entraînement à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *