Courir à la campagne ou courir en ville?

Avec les années, j’ai de plus en plus l’impression que la pratique du running est réservée aux citadins. Run in Lyon, Run in Reims, Run in Marseille sans parler des grandes courses parisiennes… courir est devenu un sport tendance mais également urbain. J’ai débuté la course à pied dans une petite ville entourée de nature plutôt que de voitures et même si je cours aujourd’hui dans la plus grande ville de France, je dois avouer que courir à la campagne me procure beaucoup plus de plaisir qu’en ville.

Courir à la campagne plutôt qu’en ville ? Je pose le pour et le contre.

Il est vrai que courir en pleine nature n’a rien à voir avec un footing en ville. Les avantages sont nombreux. Outre le fait qu’on se lasse moins, je trouve, grâce aux paysages qui défilent sous nos yeux et qui occupent notre esprit, courir en pleine nature permet également de courir sur des terrains plus adaptés. Chemins, sentiers, terre sablonneuse, ces surfaces sont moins brutales pour nos articulations et réduisent les risques de blessures (il faut tout de même regarder où on met les pieds), contrairement à ce que tout le monde pense. Ces sols irréguliers amortissent nos foulées (et donc les chocs) et nous permettent de rendre nos mouvements irréguliers, diminuant l’apparition d’inflammations (dues à des foulées régulières). Mais ce n’est pas tout.

La course à pied en nature permet de varier également les parcours et d’ajouter des difficultés (ou non) à notre séance : montées, descentes, obstacles, cailloux… Je n’oublie pas non plus l’air qui y est beaucoup plus respirable et adapté à la pratique du running et du sport « plein air », en général.
Et enfin, cette sensation de bien-être, de zénitude que me procure un environnement naturellement calme lorsque je cours.

Courir en pleine nature!
Courir en pleine nature!

Pourtant, même si la course à pied en pleine nature rime avec découverte, surprises (parfois), aventures, dépassement de soit, elle présente aussi quelques inconvénients. Et là je parle en tant que femme. Car aujourd’hui, très rares sont les femmes qui n’ont pas (du tout) peur lorsqu’elles courent seules. Toutes aujourd’hui se disent plus rassurées, en sécurité de courir à plusieurs, ou avec leur mari, compagnon. Et je les comprends. Je ne cours plus seule lorsque je suis dans le sud et cela me contrarie tellement, mais tellement… J’ai la nature à portée de mains, des parcours intéressants qui me changent de ma routine parisienne, des paysages que j’adore mais je ne suis plus rassurée de courir seule. Alors je cours avec mon père, ou mes amis sportifs. Mais, comme moi, tout le monde ne court pas tôt le matin, ou n’a pas la liberté de courir quand il le souhaite. Bref, vous comprendrez ma frustration! Alors courir à la campagne seule quand on est une femme c’est aujourd’hui compliqué. Faisable, mais compliqué.

De plus, en ce moment il faut ajouter à cela la période de chasse (et les nombreux accidents qui vont avec). Même si la nature nous attire et rend nos runs plus attractifs, elle peut aussi les rendre moins sûrs.

C’est là où courir en ville ne présente pas que des inconvénients!
Le gros plus selon moi, c’est la sécurité. Lorsque je cours seule, à Paris, je n’ai pas peur, jamais. Je fréquente (hélas) des zones urbaines et/ou grands parcs-bois à proximité de la ville, ce qui m’empêche d’être totalement seule. Je n’emprunte pas les petits chemins excentrés. Certes on ne sait jamais sur qui on peut tomber, mais dans ces cas là je ne ferai plus rien. Alors oui, le parcours peut s’avérer redondant, même si je ne cours jamais le même parcours plusieurs fois d’affilée et surtout, je sais que ce sont des zones fréquentées.

Courir en ville est aussi une source de motivation (parfois). Lorsque je cours, je prête beaucoup d’attention à celles et ceux qui courent également et alors là, je ne sais pas pourquoi mais ça me motive. Je n’ai pas de réelle explication, mais ça me pousse peut-être à courir plus vite ou plus longtemps… Je ne sais pas. Toujours est-il que courir en zone urbaine me permet de rencontrer/croiser plus de monde (par exemple lors d’un footing le dimanche matin à Boulogne) que lorsque je suis chez mes parents dans le sud.

Et enfin, dernier gros point positif, c’est en ville que les gros rassemblements se créent : groupes de running Nike, Adidas ou encore Garmin sans parler du MRC Paris, de FitMyRun qui organisent des runs à Bordeaux… De plus en plus se créent et attirent du monde. Pourquoi courir seul lorsqu’on a ces groupes pas loin de chez soi ?

Courir en ville!
Courir en ville!

Même si ces 3 points ne sont pas négligeables, courir en zone urbaine ne me paraît pas toujours agréable, loin de là : pollution (pics de cet été!), la foule (ahhh les piétons sur les trottoirs qui se croient seuls au monde), les feux, la circulation (voiture, scooter, poids lourds, vélos…) sans oublier le bitume qui fait souffrir nos articulations et le manque de paysage. J’avoue que parfois la sortie s’avère bien longue. Le terrain reste toujours le même, les décors aussi…
Ce sont toutes ces petites choses qui me font souvent regretter le sud et les sentiers au milieu des vignes et des champs de lavande.

Vous l’aurez compris, ces espaces ont tous 2 des avantages et des inconvénients. Pour moi, le plus important c’est d’être libre d’aller courir quand je le souhaite sans avoir besoin de compter sur quelqu’un à chaque séance. J’aime courir en groupe, cela me motive et me pousse à aller plus loin, mais courir seule me permet de me défouler et de me vider l’esprit, au son de ma musique. Alors même si courir à la campagne n’a rien à voir, même si je ne savoure pas de la même manière les paysages qui défilent sous mes yeux, j’apprécie la liberté que m’offre la ville, que m’offre Paris.

Mais encore une fois, cela reste mon point de vue et tout le monde apprécie la course à pied à sa manière. Les vacances ont commencé et peut-être rimeront-elles (aussi) avec course à pied, que vous fêtiez les fêtes de fin d’année en ville ou la campagne.

Alors ville ou campagne ? A vous de me le dire!
Belle semaine à tous et belles fêtes de fin d’année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *